Le Maif Social Club, quand l’art et l’innovation font bon ménage

Le Maif Social Club, quand l’art et l’innovation font bon ménage

 

La Maif propose un espace de 1 000 mètres carrés à Paris, destiné à confronter culture, performances artistiques et nouvelles technologies. On vous raconte. 

Contempler des œuvres comme dans une expo ou pratiquer de l’aérobic philosophique, du swiss ball, du Pilates, du judo  ou du book fighting. L’expérience hybride est à vivre dans « Sportmania-le sport tous azimuts » jusqu’au 13 juillet 2017.  Au fond d’une cour du Marais, dans le fief des galeries d’art, le Maif Social Club a pris ses quartiers sous la verrière d’un ancien entrepôt industriel du XIXe, dans le but d’y organiser des conférences, expositions, ateliers numériques… Un lieu destiné aux projets collaboratifs ouvert à tous les publics. À la fois galerie d’exposition, forum, médiathèque, les intentions sont de prime abord assez floues, tout comme la signalétique. On s’y perd un peu mais c’est justement cela qui rend la visite curieuse et intéressante. Au rez-de-chaussée, 700 m2 s’articulent autour d’un coin bibliothèque (spécialisé dans l’innovation numérique) aménagé de fauteuils et tables basses ainsi qu’une machine à café. Avec le Wi-Fi en prime. L’étage compte un auditorium de 99 places et une imprimante 3D pour les ateliers de création.

Ce lieu, aux mille facettes, se veut vraiment un lieu de rencontres et d’échanges ouvert au plus grand nombre – d’autant qu’il est en accès libre. Cette action va bien au-delà d’une opération publicitaire. Maif Social Club recoupe trois espaces distincts, une plateforme internet, un magazine (papier et numérique) et ce lieu, qui comprend une bibliothèque, une salle de conférence et une salle d’exposition focalisés sur l’innovation et désireux d’anticiper les évolutions de la société et de voir comment la culture les accompagne.

On y a donc fait un tour. C’était chouette. Intéressant. Très intéressant même. On y a découvert « Sportmania – quand l’Art s’active »,  un programme inédit d’expériences contemporaines participatives à la croisée du sport, des arts et la culture, de l’innovation, du bien-être individuel et professionnel que vous pourrez retrouver jusqu’au 13 juillet. L’exposition Sportmania questionne le sport, l’art et l’innovation comme reflet d’un monde qui bouge. On vous donne un petit aperçu de cet espace via ce live que nous avions réalisé sur place lors de notre visite.

 

Durant toute la durée de l’exposition la partie centrale de la verrière se retrouve transformée en terrain de jeu multidisciplinaire : une véritable arène multisports intitulée Half-Times scénographiée par le collectif d’artistes Visual System. L’idée est de pouvoir modifier, par le biais de la lumière, un environnement régulant les performances qui s’y déroulent.

Coté expo photo.. 

Dans cette série originale de portrait, Mamedy Doucara gomme les frontières entre les disciplines et transforme les athlètes en ouvrier du sport ou plus exactement en chercheurs d’or. Il met ainsi en lumière l’esprit de sacrifice, la soif de victoire et l’abnégation de ces gladiateurs des temps modernes. Les portraits choisis pour l’exposition font partie d’une série de plus de 130 portraits de champions.

Coté réalité augmentée.. 

Chez le plasticien Donald Abad, la réalité augmentée se décline comme un passage vital créé entre le réel et le virtuel. Dans son installation L’Irrésistible Ascension, où de petits personnages à son image partent à l’assaut d’une montagne de cailloux vue par le prisme d’une tablette numérique. C’est sa fascination de citadin pour le land-art, héritée de sa propre pratique occasionnelle de sportif, de randonneur, de skieur de fond, qui l’a guidé dans son souhait de matérialiser cette relation entre le concret et l’imaginaire.

Joue la comme Beckham… 

Dans l’installation vidéo Dribble de Pascal Bauer, un footballeur se retrouve pris au piège d’un écran se déplaçant sur une lourde poutre posée au sol pour effectuer quelques hypnotiques allers-retours en guise d’échauffement numérique. Par la synchronisation des mouvements de l’écran sur la poutre et des conduites de balle du footballeur, le sentiment de liberté ludique que procure habituellement la pratique sportive se trouve subitement altérée, restreinte. Ce footballeur devient une image rémanente, répétitive, un avatar façon jeu vidéo.

Petit coup de coeur pour la machine à story..  

Short Edition a imaginé et créé le Distributeur d’Histoires Courtes, une borne connectée originale qui imprime des sélections d’histoires et met la littérature courte à disposition de tous. Les textes sont choisis au hasard parmi 40 000 histoires proposées par la plateforme Short Edition. Un moment de détente et de poésie autour de quelques lignes de lecture, à consommer sur place ou à emporter !

 

Infos pratiques : Du 21 avril au 13 juillet – Entrée gratuite et en libre accès – Ouvert à tous – Toutes les infos pratiques ici

Cet article vous est proposé par Dettachée dans le cadre d’un partenariat avec MAIF Social Club. La rédaction de cet article est indépendante, aucun contenu n’a été imposé et 100% des coups de coeur présentés sont assumés.