Bilan de 6 mois de relation avec le Roomba 980 d’iRobot…

Bilan de 6 mois de relation avec le Roomba 980 d’iRobot…

 

Ô petit robot, petit Roomba, déjà 6 mois qu’on se côtoie et surtout… que je ne passe plus l’aspirateur ! Cette année à l’approche de l’emménagement (tant attendu), j’ai réalisé un vieux rêve (enfin, le genre de rêve qui ressort à l’approche de la trentaine): acquérir un robot aspirateur ultra-connecté dernier cri. Comme je fantasmais dessus depuis un moment et que j’allais bientôt déménager, quand s’est présentée dans ma boite mail, l’invitation à découvrir la Rolls Royce des robots : le Roomba 980 d’iRobot lors d’un petit-déjeuner, je n’ai pu résister. Après 6 mois de relation, voici mon bilan pour élucider l’affaire : son prix en vaut-il vraiment le coup ? Après 6 mois à faire mordre la poussière au Roomba 980, ai-je envie de vous faire casser votre tirelire pour l’acquérir ?

Il faut dire que la high-tech peut difficilement être plus au service de l’humanité que lorsqu’elle la libère d’une corvée ménagère, et là dessus, je ne vous dirais pas le contraire. Même si cela n’est pas quelque chose qui me rebute, faire le ménage a tendance à me stresser encore plus que je ne le suis (l’enfer). Je n’ai déjà pas le temps de gérer des trucs essentiels, comme payer les factures ou aller chercher mes colis à la poste alors passer le balais…….. vous imaginez que ce n’est pas dans mes priorités. Et pourtant, la crasse, c’est sale. C’est dégueu. iRobot a été parmi les premières à proposer des robots aspirateurs. Son, expérience dans le domaine depuis de nombreuses années classe ses robots aspirateurs parmi les premiers du marché. Et la gamme connectée est une référence, avec à sa tête le Roomba 980. Sa navigation, son moteur puissant, son système d’extraction des débris ou encore sa personnalisation via smartphone m’ont vite amener à voir sa qualité de vrai assistant de nettoyage efficace tout en étant simple à utiliser, entretenir et programmer. Même l’homme du moment a accueilli le «p’tit» comme un soulagement. Que ce soit lui, ou moi, qui passe d’ordinaire l’aspirateur («shi fu mi !»), une corvée de gagnée, c’est du temps en plus pour tout le monde.

Le Jour J arrive donc. Le Roomba est livré dans une grande boite rectangulaire contenant du coup le robot, mais aussi 2 barrières virtuelles (je vous en parle plus bas) et une station de recharge plutôt compacte pour le marché (13,2 x 14,7 x 10 cm). Un rapide coup d’œil sur le mode d’emploi pour se rassurer et l’appareil peut être mis en route. Ah oui, mais non.. Voilà, le Roomba 980 est connecté je vous ai dit… Ca, c’est le mot interdit qui a fait peur à ma mère quand elle s’est intéressée au ptit. Et là, 1ère bonne surprise, malgré son degré d’innovation, l‘installation est simple, déjà pour couper court, l’aspirateur peut être démarré manuellement. On branche, on appuie sur “Clean” et voilà ce nouvel animal de ménage qui s’active.

Je  pourrais m’arrêter là mais ce serait bien dommage car le robot possède une appli mobile. – Pas de soucis, de toute façon, pas quoi m’inquiéter, j’ai l’habitude. Et là soulagement rebelote, il n’est pas nécessaire de se créer un énième compte de service en ligne, compte dont j’aurai inévitablement oublié le mot de passe à la première occasion. Le rituel initiatique est bref : installation de l’application iRobot, choix du réseau Wi-Fi, renseignement du mot de passe, activation du Roomba (en appuyant sur un bouton) et fiou, c’est parti mon kiki! Elle permet une expérience ménagère au top de la maniaquerie^^ Donner un nom à son robot, gérer la connexion Wi-Fi, unités métriques ou impériales, etc., accéder à l’historique, consulter l’aide et suivre l’entretien. Concernant le nettoyage, l’application permet de doser la technologie Carpet Boost (puissance d’aspiration) en fonction des cas de figure (automatique, performances ou éco), d’activer (ou pas) le double passage, d’arrêter (ou pas) la machine quand le bac est plein ou de bla bla bla… Quant à la planification hebdomadaire, c’est comme pour un réveil : on choisit le jour et l’heure. Et bien sûr, il est possible de démarrer le Roomba 980 à distance sur commande (héhéhéhéhé, vous imaginez déjà le diner à l’improviste chez vous, vous n’êtes meme pas encore arrivé, que vous pouvez anticiper le ménage). Sinon, pas du genre à avoir le temps pour ce genre de choses, mais on peut consulter ses « statistiques » de nettoyage dans l’historique : séances d’aspiration, durée et surface couverte (les maniaques jubilent là, arrêtez je vous vois, vous me faites peur!!). Globalement, la simplicité reste le maître mot et c’est tant mieux. Il ne manquerait plus qu’on ait à se prendre la tête avec un aspirateur…

J’ai donc lâché en premier cet aspirateur robot dans l’appartement 4 pièces de mes parents (beaucoup plus marrant que dans mon 30 mètres carré). Récit d’une bataille épique. J’appuie sur le bouton « start ». La soufflerie s’ébranle et la bestiole se met à arpenter le salon à un train de sénateur. Le bruit n’est pas assourdissant mais un peu gênant OK il faut avouer. L’idéal serait de sortir pour y échapper, mais mon instinct me retient. L’intrus s’est faufilé vers les rideaux (derrière lequel, il y’a un meuble avec des cibles). Il bute bêtement contre l’un des pieds. Je décide de le surveiller du coin de l’oeil. Sage décision, car la bestiole s’e prend un peu dans la multiprise, heureusement, elle est plutot grosse pour être aspirer et le robot rebrousse chemin. Pfiou  (…) Pour la suite,  je le laisse faire, 1H plus tard, tout est nickel. Le tapis était d’une propreté  incroyable. Mission accomplie.. 

Dans la pratique, le Roomba980 possède une petite brosse rotative qui permet de soulever toute la poussière, miettes, etc. même dans les coins. Il détecte les saletés et passe et repasse jusqu’à ce que le sol soit propre, et ça c’est intelligent. Il est doté de la navigation méthodique qui est justement ce qu’on cherche chez les robots aspirateurs haut de gamme. Il cartographie la pièce, navigue de façon linéaire, et ne revient pas là où c’est déjà propre. Contrairement aux anciens Roomba que j’avais vus, qui semblaient courir comme des poulets sans tête, tout est organisé.. Contrairement à d’autres qui cartographient le plafond (analysant la surface de la pièce mais non son encombrement), le Roomba 980 sait se déplacer en analysant son environnement proche. Sa fonction “Carpet boost” quant à elle, lui permet d’augmenter automatiquement sa puissance quand il passe sur un tapis, une moquette ou encore le paillasson de l’entrée.

Bref, au début, bizarrement, savoir ce petit être à roulette arpenter mon domicile sans surveillance m’angoissait un petit peu^^. S’il attrapait les rideaux ? S’il se coinçait sous le canapé ? S’il esquintait un meuble? Allez savoir, jusqu’ici rien n’est arrivé, mais ce qui est sur c’est que le robot ne sait pas encore ramasser les vêtements, ni soulever les sacs, il faut donc maintenir son domicile un minimum rangé en permanence pour qu’il soit efficace. Vous me direz : c’est pareil quand on passe l’aspirateur traditionnel à la main ! Oui mais avec un aspirateur classique, on va parfois à l’essentiel en ne nettoyant que les parties dégagées. Parce que nous, humains, on est capables d’identifier et de contourner les petits obstacles qui juchent le sol. Bon, c’est mal je sais, ne dites rien… Dans le cas du Roomba 980, il reste bien sûr la possibilité de limiter son champ d’action, soit en fermant les portes, soit en plaçant des murs virtuels. Ça limite ainsi la surface à dégager en cas de « flemmite aigüe » (ou de manque de temps). Le mur virtuel est une borne magnétique qu’on dispose à sa guise dans le domicile, généralement dans un encadrement de porte, et qui va dire au robot : « Ne va pas là ».

Pour ma part, après avoir apprivoisé la bête; j’ai programmé 1 cycle complet par jour à 16h00 (sauf samedi et dimanche) et le robot n’a fait défaut à sa mission que lorsque j’ai oublié de vider son bac. Oui, quand le reservoir est plein, il s’arrête, active son voyant lumineux et le signal de façon sonore.

Si la caméra est “aveugle”, en cas de passage sous un meuble par exemple, il utilise alors ses autres capteurs pour continuer son nettoyage. En plus de la caméra, cet aspirateur robot  dispose en effet de plusieurs technologies de détection comme les capteurs de vide (pour ne pas tomber dans les escaliers) malin, malin, malin !!!!

Ce qu’il ne fait pas, en toute logique, c’est d’aspirer sur les plinthes, en hauteur d’une manière générale, et dans les recoins inaccessibles. Dans ces cas de figure, un aspirateur conventionnel et/ou un plumeau restent de meilleurs alliés. Mais il remplit sa mission : on rentre le soir dans une maison plus propre que le matin quand on l’a laissée. Et le robot traque la poussière dans des endroits que l’on ne fait pas systématiquement, comme sous le canapé, le lit ou les meubles.

En revanche, il grimpe facilement sur le tapis épais du salon et son aspiration passe alors automatiquement en mode performances. Le niveau sonore, d’ordinaire acceptable, devient particulièrement élevé et donc désagréable là. Mais là encore je ne suis pas à la maison, et à l’arrivée le tapis est propre.

 

 

Alors, est-il vraiment efficace ?

Alors la question qui doit vous brûler les lèvres à ce stade de l’article c’est : « Est-ce que le Roomba 980 nettoie bien ? » La réponse est oui ! Je craignais (un poil) de tomber sur un outil gadget qui ne serait pas à la hauteur pour nettoyer de manière qualitative les sols d’une maison, et j’aurais été déçue après ces années de rêve autour de ce type de produit. Et bien non ! Je dois avouer en être pleinement satisfaite. Je n’ai nullement besoin de repasser derrière en complétant avec un aspirateur traditionnel. En mode grosse feignasse, j’en suis même venue à m’acheter un simple plumeau pour faire tomber la poussière au sol et ne faire mes dessus de meubles que toutes les 2-3 semaines, c’est pour vous dire. Je gagne un temps monstre, et ça n’a pas de prix, plus de temps pour être avec mes proches, plus de stress.. imaginez si des amis doivent arriver a l’improviste, hop en marche le temps de rentrer, ou alors de commencer a tout préparer en attendant.

ligne

ligne

Côté autonomie/bruit ça donne quoi ?

D’un point de vue autonomie je n’ai rien à redire puisqu’il termine toutes ses tâches sans encombre à la maison. La durée de l’autonomie va dépendre du mode choisi et de la topographie des sols : en mode performances, le Roomba 980 est K.O. en une trentaine de minutes, tandis qu’en mode éco (ou en mode automatique sans tapis) on atteint 2  heures. Bien sûr, il sait quand il est fatigué et il vient se recharger tout seul à la station de chargement. Après quoi il reprend le travail là où il s’est arrêté. Si vous déplacez la base, il va se perdre et recartographie la pièce. Cela veut dire qu’il se réinitialise et refait le boulot depuis le début. Vous suivez toujours ? Et oui, il met plus de temps que moi à nettoyer une pièce. Là ou je met 2 minutes à aspirer le sol de ma cuisine il va mettre 10 minutes. Et après ? Du moment que moi ça m’évite d’avoir à le faire, j’avoue que je m’en fiche un peu en fait ! Pour chiffrer son endurance, il suffit de faire un tour dans l’historique : le Roomba annonce avoir nettoyé 9 m² en 15 minutes. Les 13,5 m² de la cuisine moins le bazar, ça doit à peu près faire le compte. En moyenne, il lui faut entre 1 et 2 minutes par mètre carré, selon le niveau de dégagement. Pour ma part, je le programme du lundi au vendredi et une fois par semaine je le dépose à l’étage le matin avant de partir afin qu’il puisse faire ma chambre.D’un point de vu sonore il est bruyant oui. Ce serait mentir que de vous dire qu’il ne fait aucun bruit, mais étant donné que 95% du temps le Roomba tourne quand je ne suis pas là, je dois avouer que ça n’est pas dérangeant.

ligne

ligne

Verdict: cher mais idéal

(pour ne pas dire parfait). Bon, je pense que depuis l’intro de cet article, vous avez compris ma passion pour ce robot aspirateur et je précise que ce n’est pas un post sponsorisé ! Inutile d’être ingénieur pour utiliser et apprécier l’efficacité de ce produit. C’est une vraie aide au quotidien. En acquérant le robot aspirateur Roomba 980 d’iRobot, vous vous offrez le luxe de ne plus passer l’aspirateur. Et ainsi aspirer à regagner du temps libre… Bien entendu, ce luxe a un prix : 999€ (mais parfois en promo comme sur ce site à 850€ ou sur Darty avec la remise de 50€) ! Sachez cependant qu’il existe toute une gamme à des prix plus doux. Moi, c’était soit le robot soit une femme de ménage donc le rapport financier a été vite calculé.  🙂 Son prix élevé se justifie notamment par toute la panoplie de fonctions intelligentes et par sa connectivité.

Dans quels cas l’acheter : Si vous n’aimez pas faire le ménage, que vous n’avez pas le temps, ou que vous n’êtes pas souvent chez vous. Je dirais qu’il est conçu pour nettoyer pendant votre absence et il joue super bien son rôle d’aspirateur robot intelligent. Perso, je ne le vois même plus agir, et tout est propre au quotidien. Régal!

Dans quels cas ne pas l’acheter :  Si vous cherchez un aspirateur robot pour nettoyer la nuit par exemple, je vous conseille de passer votre chemin, car monsieur Roomba 980 est un peu bruyant : il parle aussi, et aucun moyen de baisser le volume ou changer de disque.