"One Beat One Tree", transformation numérique & écologie.

image par defaut des posts

 

Il n’y a pas très longtemps, j’étais partenaire pour Dettachée du prix COAL. Nous vous en avions déja parlé en vous présentant l’initiative de ce prix et ses ambitions. Aujourd’hui je suis heureuse de vous présenter le prix coup de coeur de la blogosphère pour lequel nous nous sommes mis d’accord : « One Beat, One Tree » de Naziha Mestaoui.

« One Beat, One Tree » de Naziha Mestaoui est une œuvre interactive installée de façon permanente dans un pavillon miroir au milieu du jardin de Tuileries. Associant nouvelles technologies et programme de reforestation, cette installation se présente sous forme d’un volume abstrait, une forêt de fils tendus, dont la forme joue avec la perception des spectateurs. Ce dispositif artistique se propose de reconnecter les parisiens à la nature à travers un acte symbolique poétique. Sur ce support sont projetées des images qui en modifient l’apparence et plongent le public dans l’univers imaginaire et poétique de la forêt. Chaque visiteur est invité à créer un arbre virtuel unique qui pousse en fonction du battement de son cœur. Pour chaque arbre virtuel créé, un arbre réel est planté dans un projet de reforestation à travers le monde.

Ce geste prend, avec l’installation interactive pro- posée,une dimension esthétique et symbolique qui la transforme en expérience artistique. La graine du futur arbre se manifeste sous la forme d’une lueur scintillant au rythme des battements du cœur de son semeur, grâce a un capteur, qui se transforme peu à peu en un arbre lumineux. L’arbre né virtuellement est ensuite réellement planté en Amérique latine, en Afrique ou en Asie, en partenariat avec Pur Project. Chaque « parrain » reçoit un certificat et peut suivre l’évolution de son arbre et être informé sur les conséquences effectives de son engagement.

L’artiste a pour objectif de sensibiliser les Parisiens au réchauffement climatique et à leur impact en CO2 – les arbres étant des « puits carbone » –, de les responsabiliser en les invitant à financer la plantation d’arbres, et in fine de stimuler leur rapport au vivant par un biais sensoriel. Le Parisien touche par cette expérience au « sentiment océanique » (se ressentir en unité avec l’univers), notion psychologique et spirituelle chère à Romain Rolland.

Ici, le réel et le virtuel ne sont plus opposés, mais associés au profit d’une œuvre solidaire, qui reconnecte non seulement les êtres vivants entre eux, mais aussi le Nord et le Sud …

7760334_c8c6d26423_l

Cette respiration urbaine veut questionner notre rapport au vivant Chaque citoyen devient co-créateur de notre avenir collectif. Ce pavillon/reflet a été créé pour être un lieu de connexion entre les parisiens et la nature, mais aussi pour être un lieu de solidarité entre les parisiens et les pays du sud, puisque chaque de projet de reforestation intègre directement les populations locales en charge du reboisement. Il crée également un lien entre Paris productrice de CO2 et les puits de carbone que sont les forêts.

Cette œuvre à été lauréate du Prix spécial des blogueurs du PRIX COAL 2014.

—————————————————————-

Mais qui est à l’origine de ce projet ?

 

6830143_300x300Artiste et architecte, Naziha Mestaoui utilise l’espace, l’image et les technologies pour créer des expériences sensorielles et « immersives ». Elle forme avec Yacine Aiït Kaci le duo Electronic Shadow, fondé en 2000, pionnier dans l’art de l’ère digitale et inventeur du videomapping, au croisement de l’espace et l’image. Les deux artistes ont participé à de nombreuses expositions de par le monde (MoMA de New York, Centre Georges-Pompidou, musée de la Photographie à Tokyo, MOCA Shanghai…).

En 2011, une exposition a été consacrée au musée Granet d’Aix-en- Provence. Naziha Mestaoui conduit, parallèlement à Electronic Shadow, une œuvre personnelle. Elle a notamment présenté l’expérience One Heart One Tree  à la base du projet développé pour le Prix COAL 2014 – aux visi-teurs du LH Forum en 2013 qui s’est tenu au Havre (76).

—————————————————————-

 

 

Votre Dettachée,

alizee@dettacheedepresse.com